Avantages et limites: pour la société

Employeur, travailleur et société, on gagne tous à passer au télétravail. Qu'en est-il vraiment ?

Pour la société

La collectivité toute entière profite de la réduction des embouteillages et de l’amélioration de la sécurité routière. L’économie du pays bénéficie de l’augmentation de la productivité des travailleurs.

Petit aperçu général :

Avantages
  • Moins de kilomètres parcourus
  • Moins d'embouteillages et trajets plus rapides
  • Des routes plus sûres
  • Moins de coûts externes pour la collectivité
  • Moins de CO2 (domicile-travail)
Dangers
  • Dispersion de l'habitat
  • Nouvelle attractivité de la route
  • Des trajets supplémentaires pendant le télétravail 
  • Des trajets en voiture vers les bureaux satellites et coworking
  • Consommation énergétique supplémentaire à domicile

Moins de kilomètres parcourus

Le trafic domicile-travail diminue avec le télétravail. En Belgique, les télétravailleurs permettent de réduire 5% de ces déplacements et 7% des kilomètres réellement parcourus. Si on active le potentiel de télétravail, la réduction pourrait aller jusqu'à 16,5% des kilomètres parcourus en heures de pointe. 

Moins d’embouteillages. Des trajets plus rapides

En toute logique, moins de kilomètres parcourus, c'est aussi moins d'embouteillages et des transports plus confortables, en particulier aux heures de pointe. 

Evidemment, compte tenu des embouteillages actuels, les effets sur le temps de parcours sont différents selon les endroits. 

Quel est l'impact sur la circulation si on double le nombre de télétravailleurs ?

On vous l'explique avec deux exemples:

  • Sur les 7 derniers kilomètres de la E411, direction la capitale entre La Hulpe et Léonard - comptant aujourd’hui parmi les tronçons les plus embouteillés de la E411 -, le potentiel de télétravail permettrait de réduire le trafic de 4% et d’augmenter la vitesse moyenne de 26 à 30 km/h. Au total, c’est 2 minutes de gagnées sur le parcours actuel (14 minutes au lieu de 16). Cela peut paraître dérisoire mais, en terme relatif, on parle tout de même d’une amélioration de 12% du temps de parcours pour à peine 4% de trafic en moins. 
  • Même exercice pour l’accès à la capitale depuis la E40, au niveau de Grand-Bigard. Aujourd’hui, sur les 7 derniers kilomètres, entre Ternat et l’échangeur, c’est un goulot où la capacité du réseau est déjà largement atteinte. Ici, activer le potentiel de télétravail permettrait de réduire le trafic actuel de 2% pour une augmentation de la vitesse de 13 à 14 km/h. C’est 2,5 minutes de gagnées sur le temps de trajet actuel. A nouveau, bien que le gain puisse paraître anodin, on parle d’une amélioration de 8% du temps de trajet pour à peine 2% de trafic en moins.  

"Soyons clairs : le télétravail n’est pas la solution ultime à tous les problèmes d’embouteillages. Ses effets sur la mobilité et la sécurité routière sont multiples. Positifs certainement, négatifs aussi parfois. En bref, le télétravail doit faire partie d’une stratégie globale de mobilité."

Des routes plus sûres

Moins de kilomètres parcourus, c’est moins d’accidents. Mais la réduction du trafic en heures de pointe, c’est aussi une circulation moins dangereuse.

D’après les estimations, avec deux fois plus de télétravailleurs, on pourrait éviter jusqu'à 44 morts et blessés graves chaque année. 

 

Accidents corporels

Blessés légers

Blessés graves

Décédés 30 jours

Situation 2017

38.020

44.694

3.757

615

Estimation si 2x plus de télétravailleurs 

37.512

44.100

3718

610

Différence en valeur absolue

-508

-594

-39

-5

Différence en %

-1,34%

-1,33%

-1,05%

-0,85%

Différence en valeur absolue :

"Et si le potentiel des télétravailleurs était atteint demain ? On parlerait d’une réduction jusqu'à 67 morts et blessés graves chaque année !"

La périurbanisation comme conséquence

La périurbanisation est l'une des conséquences du télétravail. Les gens passent généralement des zones urbaines centrales à des zones moins densément peuplées, ce qui les rend plus dépendants de la voiture. En bref, comme les télétravailleurs ne sont plus obligés d'aller au travail tous les jours, ils vont s'installer en dehors des villes.

On observe un effet d’aspiration

Les télétravailleurs réduisent les congestions routières en réduisant les trajets. Mais cette décongestion, elle, attire de nouveaux automobilistes. Un phénomène qu’on observe également lors de la construction d’une nouvelle voie ou de l’élargissement d’une voie existante.

Le travail à domicile occasionne plus d’autres trajets en voiture

Effet négatif du télétravail : le télétravailleur, qui d’ordinaire serait allé au travail en train, utilisera plus facilement la voiture pendant sa journée de télétravail pour effectuer d'autres trajets.

Van Lier et ses collègues ont étudié cet effet secondaire de l’augmentation des “autres trajets” en 2012 sur la base des données de grandes entreprises de la Région bruxelloise. Seuls 13% des télétravailleurs utilisent la voiture lorsqu’ils travaillent de chez eux, dont 42% réalisent des kilomètres supplémentaires, pour une moyenne de 12 km parcourus.

C'est confirmé par le SPF Mobilité et Transports en 2018 : 55% des télétravailleurs font des déplacements supplémentaires, souvent courts et en dehors des heures de pointe. 

L'impact des autres trajets en voiture pendant le travail à domicile est donc limité. D'une part, du fait de la faible distance parcourue et du moment du déplacement hors heures de pointe. D’autre part, du fait du nombre limité de télétravailleurs que cela concerne.

Diminution des coûts externes

Une étude de 2006 (Verbeke et al.) sur Bruxelles et le territoire flamand a mis en évidence qu’1,6 jour de télétravail par semaine représente une économie de 900 millions d'euros: 850 millions sur les coûts liés aux embouteillages. Les 50 millions restants sur la pollution et la sécurité routière.

Impact mitigé des bureaux satellites

Sur la base de données de grandes entreprises de la Région bruxelloise, van Lier et al. (2012) ont montré que les coûts externes liés aux déplacements domicile-travail peuvent diminuer de 15% dès que les travailleurs passent un jour de la semaine dans un bureau satellite.

Mais ils montrent aussi que le bénéfice varie en fonction de la distance et du moyen de transport. On observe que 58% des télétravailleurs vont en voiture à leur bureau satellite quand parmi eux 34% auraient été en train sur leur lieu de travail ordinaire. Ce qui du coup diminue sensiblement l’impact positif du télétravail à ce niveau.

      This website requires cookies. Please accept or refuse these cookies first.
      For more info about our cookies, please read our cookies policy.